Foot pathologies in SCI individuals

 

 

Treatment of an ingrown toenail (perionyxis) in a C4/5 SCI individual  

 

In our daily practice, we see different types of skin damage or appendage.

 


Dans notre pratique quotidienne nous rencontrons plusieurs types d’atteinte cutanée des phanères ou de la peau.

Les plus courantes sont :
- l’ongle incarné (périonyxis) qui survient à la suite de soins d’hygiène donnés par les auxiliaires de vie
- les mycoses interdigitales
- les escarres talonnières ou malléolaires dues au frottement ou aux spasmes chez les blessés médullaires spastiques qui se définissent comme suit et s’opposent aux blessés médullaires flasques (la « flaccidité » est l’absence de tonicité organique ou musculaire ; « la spasticité est un désordre moteur caractérisé par une augmentation de la vitesse dépendante du réflexe tonique d'étirement et par une augmentation des réflexes ostéotendineux, résultant d’une hyperexcitabilité du réflexe d’étirement
dans le cadre d’un syndrome pyramidal »)

Nous allons évoquer ici l’ongle incarné (périonyxis) chez un tétraplégique spastique, en effet tout geste agressif pour retirer le « harpon unguéal » déclenche un spasme avec retrait du pied. C’est un signe de défense.

La présence d’un ongle incarné provoque ce que l’on nomme une « épine irritative » qui provoque de la spasticité.

Pour traiter un ongle incarné chez une personne atteinte d’une lésion de la moelle épinière (LME) il est nécessaire qu’elle soit allongée.

La pose d’un champ permet de bien isoler l’orteil et surtout de protéger le pied en cas de mouvements incontrôlés.

Une asepsie rigoureuse s’impose :
- lavage des mains
- déésinfection de l’orteil avec un désinfectant puissant (merkryl, Bétadine jaune, etc.)
- port de gants

L’orteil étant ainsi préparé, l’ablation du harpon unguéal peut se faire avec douceur et précision. Les gestes doivent être d’une extrême lenteur afin de ne pas provoquer le spasme et éviter une effusion de sang (bien qu’un tétraplégique a perdu la sensibilité, il faut être excessivement vigilent, une contracture est imprévisible et peut être violente).

 


Image 1: le périonyxis (ongle incarné)

 


Image 2 : préparation de l'orteil

 


Image 3 : Le «  harpon unguéal » a été enlevé

 


Image 4 : Le « harpon (ou éperon) unguéal »... Nous pouvons noter que celui-ci présente un bord en « dents de scie » évoquant plusieurs coupes successives ce qui suggère la cause du périonyxis.

 


Image 5 : Méchage à la Bétadine tulle

 


Image 6 : Pansement

Dès que le « harpon » est enlevé, nous observons dans les heures qui suivent une baisse de la spasticité pour le plus grand confort du patient.

Une surveillance de la cicatrisation s’imposera dans tous les cas.

En cas de doute il ne faudra pas hésiter à orienter son patient vers le médecin.

 

 

Dernière mise à jour : 22 février 2012


Cabinet Albert Bohbot - Espace Minerve - Bureau 13 - 3 rue du Monument - 31190 Auterive - France
- Tél/Fax: +33 5 61 11 28 65